Lettres aux isolés




Lettre d'encouragement pour les Chrétiens isolés


Lire ici : http://www.latrompette.net/post/A260.tricia.htm
 

 

Image du Blog ancoco.centerblog.net

La parole de Dieu nous suffit

La Parole de Dieu nous suffit!

Article de Henri Viaud-Murat.

 

 

L’apostasie ne concerne pas seulement telle ou telle grande Eglise historique. Mais elle concerne aussi beaucoup d’églises dites évangéliques. Gardons-nous d’ajouter ou de retrancher quoi que ce soit à la Parole de Dieu!

 

L’apostasie est définie comme l’abandon de la vérité. Sont apostats tous ceux qui ont été dans la vérité et qui s’en sont écartés, pour se tourner vers des fables ou des mensonges. L’apostasie généralisée est l’un des derniers grands signes qui doivent précéder le retour du Seigneur Jésus.

Toutes les églises chrétiennes, sans aucune exception, affirment que la Bible est la “Parole inspirée” de Dieu. Mais, dans les faits, combien se comportent effectivement comme si cette Bible était la Parole réellement inspirée de Dieu?

Si nous savons qu’un texte est réellement inspiré par Dieu, et si nous avons dans notre coeur l’amour et la crainte de notre Dieu, ne devrions-nous pas être conduits à respecter au plus haut point ce texte? Ne devrions-nous pas nous efforcer d’obéir à ce que Dieu nous dit dans ce texte, aussi fidèlement que possible?

Le Saint-Esprit ne nous fera jamais porter des fruits indépendamment de la pure Parole de Dieu. Si le Saint-Esprit nous a été donné, c’est pour qu’Il nous conduise dans toute la Vérité. Or la Vérité n’est autre que le Seigneur Jésus! La Vérité, c’est aussi la Parole de Dieu, la Bible, dans l’intégralité de ses 66 livres (70 livres, si nous comptons individuellement les cinq Livres des Psaumes)!

Mais il y a une autre question, dont la réponse peut entretenir aussi l’apostasie dans les églises. C’est celle de savoir si la Bible, en tant que Parole de Dieu, nous est parfaitement suffisante, ou si nous devons en retrancher ou y ajouter quelque chose?

Bien-aimés, nous devons affirmer avec force, non seulement que la Bible est bien la Parole de Dieu, entièrement inspirée par Lui, mais aussi qu’elle nous est parfaitement suffisante pour nous faire connaître la volonté de Dieu, et pour nous diriger dans tous les aspects de notre vie sur cette terre!

“Toi, demeure dans les choses que tu as apprises, et reconnues certaines, sachant de qui tu les as apprises; dès ton enfance, tu connais les saintes lettres, qui peuvent te rendre sage à salut par la foi en Jésus-Christ. Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne oeuvre” (2 Timothée 3: 14-17).

Avez-vous bien lu? Toute Ecriture est utile, afin que l’homme de Dieu soit conduit à la perfection, et puisse aussi accomplir toutes les oeuvres bonnes que Dieu a préparées d’avance pour lui! Nous n’avons besoin de rien d’autre que d’une connaissance approfondie du Seigneur Jésus et de Sa Parole éternelle!

C’est aussi pour cela que nous devons veiller à ne pas trop nous appuyer sur certaines versions modernes de la Bible. Sous prétexte de faciliter la compréhension des Ecritures par le plus grand nombre, les traducteurs des versions les plus modernes ont carrément tordu le sens de nombreux passages, édulcoré la rigueur de son contenu, et émoussé son tranchant!

Toutefois, le Seigneur veille sur Sa Parole, et nous pouvons encore être assurés de pouvoir consulter certaines versions fidèles, comme, par exemple, la Bible Martin ou la Bible Ostervald.

Cependant, sans l’assistance du Saint-Esprit, nous pourrions posséder la meilleure version de la Bible, elle ne nous serait pas d’une grande utilité. Elle resterait un livre fermé pour nous, tant que le Saint-Esprit ne nous l’aurait pas ouvert Lui-même.

Tout d’abord, le Saint-Esprit n’ouvre jamais la Parole de Dieu à ceux qui ne sont pas passés par une réelle nouvelle naissance! Si nous ne sommes pas régénérés par le Saint-Esprit, nous ne pouvons pas connaître Dieu tel qu’Il est, dans toute Sa sainteté et Sa justice, et nous ne désirerons même pas vivre dans cette sainteté et cette justice!

Comment pourrions-nous alors espérer pénétrer dans une connaissance spirituelle de la Bible? Ou alors, cette connaissance ne serait qu’intellectuelle, une connaissance qui enfle, et qui ne porterait aucun fruit spirituel.

La véritable Eglise de Jésus-Christ, qui est Son Corps, et dont Il est la seule Tête, est exclusivement composée de tous ceux qui sont passés par la repentance, par la foi en Jésus, et par la régénération. Cette Eglise-là est une nouvelle création à l’image de son Créateur. Elle ne peut se satisfaire que de la pure Parole de Dieu.

Cette Eglise se reconnaît au fruit spirituel qu’elle porte, le bon fruit de l’Esprit. C’est à ce fruit, et seulement à ce fruit, que nous pourrons reconnaître les vrais Chrétiens des faux, les vrais prophètes des faux, et les vrais apôtres des faux!

La véritable Eglise, qui est la seule Eglise devant Dieu, est hélas souvent mêlée à une grande majorité de “Chrétiens” de nom, dont beaucoup ne sont même pas passés par la nouvelle naissance, et qui se contentent d’une nourriture insipide et frelatée.

Les faux apôtres et faux docteurs qui dirigent ces faux Chrétiens les gavent de ce qu’ils veulent bien entendre, et les entretiennent dans la fausse certitude qu’ils sont bien en route pour le Ciel, et qu’ils n’ont aucun souci à se faire, alors qu’ils vont droit à la perdition!

L’un des signes les plus évidents de l’apostasie actuelle est que, justement, la Parole de Dieu, de plus en plus, n’est plus considérée comme suffisante. On a de plus en plus recours à toute la science des hommes, et notamment aux Sciences Humaines, pour “compléter” tout ce qui “manque” à la Parole de Dieu, ou pour en ôter tout ce qui paraît “excessif” ou “insensé”!

On se moque de ces versets qui affirment pourtant clairement:

Je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre: Si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre; et si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de la vie et de la ville sainte, décrits dans ce livre” (Apoc. 22: 18-19).

C’est ainsi que la Psychologie, la Sociologie, l’Anthropologie, et, en général, toutes les disciplines qui ont pour objet l’homme, et ses comportements individuels ou collectifs, y compris le Marketing et la Promotion des Ventes, ont envahi les programmes des écoles bibliques et les prédications que l’on peut entendre dans beaucoup d’églises.

Aujourd’hui, la plupart des instituts ou écoles bibliques jugent indispensable qu’un pasteur ait une formation approfondie en Psychologie, afin de pouvoir s’occuper plus efficacement du troupeau de Dieu. Quelle déchéance!

On ne se rend même plus compte que toutes ces disciplines ont été créées et développées par des hommes qui n’étaient, le plus souvent, que des rebelles à Dieu et à Sa Parole, et qui ont tout fait pour se débarrasser du pur Evangile de Jésus-Christ, ou pour l’infiltrer de leurs doctrines de démons! Et ce sont les théories et les découvertes de ces hommes impies qui sont à présent reçues avec de plus en plus de respect dans les églises évangéliques!

J’ai enseigné la Psycho-Sociologie dans une Université française. Je suis bien placé pour savoir ce que Dieu pense de ces prétendues Sciences Humaines! Il n’a pas fallu longtemps pour que le Seigneur me fasse comprendre que je n’avais plus rien à faire avec l’enseignement de ces Sciences, si je voulais Le connaître tel qu’Il est!

Et aujourd’hui, je vois ces mêmes théories et méthodes envahir les cabinets des “Psychologues chrétiens,” ou les pupitres des enseignants chrétiens, comme si elles pouvaient représenter un indispensable progrès dans la compréhension et la solution des problèmes de l’âme humaine! Quelle abomination! Quel rejet flagrant du Seigneur et de Sa Parole toute suffisante!

On ne dénonce plus le péché, par crainte de “traumatiser” le pécheur! On ne veut pas lui faire perdre sa précieuse “estime de soi”! On ne pousse plus à la repentance, on veut simplement “déculpabiliser” le pécheur, pour qu’il se sente plus à l’aise dans son péché! On veut “accueillir avec amour” au sein des églises, et même au sein de la direction des églises, les pervers et les dépravés, sans se préoccuper de les aider à réaliser la corruption absolue de la nature humaine non régénérée, sans se soucier de les conduire à la profonde repentance que seul le Seigneur peut leur accorder, pour être libérés de l’emprise du péché et de la mort!

Dans certaines églises, on n’ose même plus dénoncer publiquement tout ce que la Bible appelle clairement péché, comme l’homosexualité, la sodomie, ou les autres perversions sexuelles, par crainte non seulement de perdre certains membres influents de l’église, mais aussi de subir des actions en justice!

On pousse de plus en plus au divorce et au remariage, pour toutes sortes de raisons humaines et charnelles, violant ainsi l’une des institutions divines les plus sacrées, celle du mariage! Il n’y a, dans ce domaine, pratiquement plus aucune différence avec ce qui se passe dans le monde!

Certains pasteurs honnêtes et fidèles (oui, il y en a encore!) découvrent parfois avec horreur les malversations, les escroqueries et les détournements financiers qui se pratiquent au plus haut niveau de leur hiérarchie. Sans parler des infiltrations directes de serviteurs de Satan dans les dénominations et les églises, comme l’apôtre Paul l’annonçait déjà aux anciens d’Ephèse:

“Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques, pour paître l’Eglise du Seigneur, qu’il s’est acquise par son propre sang. Je sais qu’il s’introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels qui n’épargneront pas le troupeau, et qu’il s’élèvera du milieu de vous des hommes qui enseigneront des choses pernicieuses, pour entraîner les disciples après eux. Veillez donc, vous souvenant que, durant trois années, je n’ai cessé nuit et jour d’exhorter avec larmes chacun de vous. Et maintenant je vous recommande à Dieu et à la parole de sa grâce, à celui qui peut édifier et donner l’héritage avec tous les sanctifiés” (Actes 20: 28-32).

Si Paul savait que, déjà en son temps, ces choses allaient arriver, à combien plus forte raison en notre temps, qui est celui de la fin!

Bien-aimés, je ne puis pas, dans le cadre de cet article, exposer tout ce que je sais, mais je puis vous dire une chose: la corruption au sein des églises dépasse tout ce que vous pouvez imaginer!

Toutes ces abominations ne sont que le résultat de l’apostasie qui nous a été prophétisée par le Seigneur et Ses apôtres. L’esprit du monde a envahi les églises, et se répand de plus en plus, tel un flot ténébreux, une marée noire mortelle.

Mais nous devons affirmer avec force une vérité lumineuse: la véritable Eglise de Jésus-Christ n’a jamais eu part, et n’aura jamais part, à toutes ces abominations! L’esprit du monde n’est jamais entré dans la véritable Eglise de Jésus-Christ, et n’y entrera jamais!

Il peut arriver à un membre de l’Epouse de Jésus-Christ de chuter. Mais jamais il ne se complaira dans le péché! Jamais il ne pratiquera ouvertement ce qu’il sait être un péché, sans crier au Seigneur: “Misérable que je suis, qui me délivrera de ce corps de mort”! Toujours il voudra se relever pour continuer à marcher avec son Seigneur! Toujours il voudra rechercher une solution biblique à tous ses problèmes!

C’est pourquoi nous devons toujours distinguer soigneusement “l’Eglise de Jésus-Christ” des “églises” en général. Il y a d’un côté “l’Eglise de Jésus-Christ,” et de l’autre “les églises”! L’Eglise peut être mêlée aux églises, mais elle peut aussi être en-dehors des églises! Et il est probable qu’elle sera de plus en plus en-dehors de la plupart des églises, quand on voit l’évolution catastrophique de ces dernières!

Le message libérateur de la croix n’est plus prêché comme il devrait l’être, car les églises sont de plus en plus contrôlées par des hommes charnels et impies, qui savent très bien que, s’ils se mettaient à prêcher la croix, ce serait la fin de leur petit empire charnel!

Bien-aimés, le seul véritable Evangile restera toujours l’Evangile de Jésus-Christ, et de Jésus-Christ crucifié!

Nous ne pourrons jamais apprécier à sa juste valeur le sacrifice du Seigneur Jésus à la croix, tant que nous n’aurons pas une claire révélation de l’horreur du péché et de toutes ses conséquences!

Il en est de même pour la chair, en tant que loi de péché demeurant dans nos membres. La chair est une loi de péché! Et un enfant de Dieu régénéré ne peut en aucun cas accepter d’être dirigé plus longtemps par une loi de péché!

Quel soulagement pour lui, d’apprendre que la croix du Seigneur Jésus l’a déjà délivré de cette loi de péché, pour lui permettre de marcher par l’esprit, c’est-à-dire en suivant la loi de l’Esprit de Vie, qui est aussi la loi de justice et de sainteté de l’Eternel!

Il y a trop de gens, dans les églises évangéliques, qui sont passés par une conversion très superficielle. Ils ont fait “l’honneur” à Jésus-Christ de L’accepter dans leur coeur! Ils ont été incités, parfois avec des manipulations psychologiques, avec des arguments sentimentaux, à accepter rapidement un salut bon marché, sans avoir jamais reçu une révélation profonde de leur péché. Comment, dans ces conditions, pourraient-ils recevoir une révélation profonde de la croix?

Comment pourraient-ils aussi apprendre à marcher ensuite par l’esprit, s’ils n’ont pas d’abord compris que la marche par l’esprit est une marche par l’Esprit de Résurrection, et que la résurrection suit nécessairement la mort de la croix, qui est une mort au péché, à la chair, au monde et à Satan?

Peut-on marcher dans une vie de résurrection, tant que l’on n’a pas compris que Jésus-Christ nous a sauvés de la mort du péché, de l’abomination du péché, du jugement du péché, de la condamnation du péché, et de l’esclavage du péché?

Non, le véritable Evangile de la croix n’est plus prêché! On lui a substitué un Evangile humain, un Evangile qui ne sauve pas, un Evangile de pacotille, un ersatz d’Evangile, qui ne libère pas de l’emprise du péché!

Mais les brebis du Seigneur ont ce faux Evangile en horreur! Elles connaissent la voix de leur Bon Berger, et ne suivront pas la voix des étrangers!

Il y a une chose que nous devons bien comprendre, bien-aimés: la véritable Eglise de Jésus-Christ est déjà une et indivisible! Elle n’a nullement besoin de l’oecuménisme pour “développer son unité”! L’oecuménisme est l’une des inventions du diable pour faire croire que “l’Eglise” progresse dans la bonne direction! Alors que l’oecuménisme ne vise qu’à préparer la Babylone, l’église de l’Antichrist!

L’Eglise de Jésus-Christ est sainte et pure. Elle n’est pas composée de pécheurs de nature, ni de gens qui se complaisent dans le péché et dans la chair! Elle est uniquement fondée sur Jésus-Christ et sur Sa Parole. Elle n’a pas besoin que des hommes impies et arrogants lui assurent une “couverture spirituelle” qui n’est qu’une domination déguisée! Elle ne désire qu’une chose: connaître son Dieu, et Celui qu’Il a envoyé, Jésus-Christ Son Fils Unique! Car c’est la vie éternelle!

Ah, connaître Dieu, et Celui qu’Il a envoyé! Cela devrait être l’unique but de notre existence! C’est notre éternité qui est en jeu!

Quand on voit de quels sacrifices sont capables ceux qui deviennent des champions olympiques, et à quelle rigoureuse discipline ils se sont soumis, tout cela pour une couronne éphémère! Ne croyez-vous pas que la connaissance de Dieu et de Jésus-Christ devrait être l’objet de tous nos désirs et de toutes nos aspirations les plus profondes?

Oui, Eglise de Jésus-Christ, tu es l’objet des attentions les plus tendres et les plus constantes de ton Sauveur! Réjouis-toi, Il vient bientôt te chercher! Il est en train d’apporter les dernières touches, les touches finales, à ta préparation pour les noces célestes!

Oui, cela vaut la peine que tu souffres encore un peu! Ces légères afflictions présentes sont porteuses d’un poids éternel de gloire, lorsque ton Seigneur apparaîtra sur les nuées!

Continue à te sanctifier! Rejette au loin tout ce qui est impur! N’y touche plus! Ton coeur n’est pas attaché à ces choses de néant! Médite encore ces belles paroles que Paul écrivait à Timothée:

“Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, par l’hypocrisie de faux docteurs portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience, prescrivant de ne pas se marier, et de s’abstenir d’aliments que Dieu a créés pour qu’ils soient pris avec actions de grâces par ceux qui sont fidèles et qui ont connu la vérité. Car tout ce que Dieu a créé est bon, et rien ne doit être rejeté, pourvu qu’on le prenne avec actions de grâces, parce que tout est sanctifié par la parole de Dieu et par la prière. En exposant ces choses aux frères, tu seras un bon ministre de Jésus Christ, nourri des paroles de la foi et de la bonne doctrine que tu as exactement suivie. Repousse les contes profanes et absurdes. Exerce-toi à la piété; car l’exercice corporel est utile à peu de chose, tandis que la piété est utile à tout, ayant la promesse de la vie présente et de celle qui est à venir. C’est là une parole certaine et entièrement digne d’être reçue. Nous travaillons, en effet, et nous combattons, parce que nous mettons notre espérance dans le Dieu vivant, qui est le Sauveur de tous les hommes, principalement des croyants. Déclare ces choses, et enseigne-les. Que personne ne méprise ta jeunesse; mais sois un modèle pour les fidèles, en parole, en conduite, en charité, en foi, en pureté. Jusqu’à ce que je vienne, applique-toi à la lecture, à l’exhortation, à l’enseignement. Ne néglige pas le don qui est en toi, et qui t’a été donné par prophétie avec l’imposition des mains de l’assemblée des anciens. Occupe-toi de ces choses, donne-toi tout entier à elles, afin que tes progrès soient évidents pour tous. Veille sur toi-même et sur ton enseignement; persévère dans ces choses, car, en agissant ainsi, tu te sauveras toi-même, et tu sauveras ceux qui t’écoutent” (1 Timothée 4: 1-16).

Occupe-toi des choses de Dieu, donne-toi tout entier à elles, veille sur toi-même et sur l’enseignement que tu reçois ou que tu donnes, persévère dans ces choses, car, en agissant ainsi, tu te sauveras toi-même, et tu sauveras ceux qui t’écoutent!

 

 

Image du Blog ancoco.centerblog.net

ce snack la ste cène


P’pa, c’est ce dimanche qu’on mange le snack du Seigneur?
Dans la dernière église dont je fus le pasteur, j’ai exigé de ceux qui servaient la Sainte Cène, le Repas du Seigneur, que nous prenions une fois par mois, que tous portent une veste et une cravate. Il m’avait semblé que ceux qui se trouvaient être les préposés à la distribution du corps et du sang de Jésus se devaient de ce minimum de respect envers leur devoir sacré.
Au cours de l’un de ces dimanches de Communion, alors que l’un de ces serviteurs conduisait sa famille vers l’église, son fils de cinq ans remarqua sa veste et sa cravate. Innocemment, il lui posa alors cette question :
- « P’pa, est-ce ce dimanche-ci que nous allons manger le saint snack de Dieu? »
Plus tard, alors que son père me racontait cette histoire, ce fut pour moi le moment d’une très grande révélation. Je m’étais trouvé des centaines de fois face à des congrégations, leur disant : « Préparons nos cœurs à recevoir le Repas du Seigneur, » leur faisant ensuite distribuer à chacun un minuscule biscuit ainsi qu’une dose infime de jus de raisin. Et personne n’avait jamais remis cela en question !
Ce que nous avions eu l’habitude de faire était fait dans des millions d’églises depuis des centaines d’années.
Mais un garçon de cinq ans venait de révéler qu’il s’agissait en fait… de siècles de tradition aveugle …
1 – Le « snack » que nous appelons repas.Comment étaient les choses à L’origine ?Bien sûr, pratiquement tout le monde sait qu’à l’origine, le Repas du Seigneur fut un véritable repas, un repas de Pâques, partagé par des amis proches, des croyants en Jésus. Quiconque lit dans le Nouveau Testament les passages appropriés peut se rendre compte, en quelques minutes, du fait que, dans l’église primitive, le Repas du Seigneur était un véritable repas, partagé entre des personnes s’aimant les unes les autres comme dans une famille.
Quand le Repas du Seigneur est-il donc devenu un saint snack ?
Quelle différence pourrait-il se produire si nous célébrions le Repas du Seigneur comme le faisait l’Église primitive ?
Avant que nous ne nous attaquions à ces questions, lisons d’abord ce que Paul écrivait aux Chrétiens Corinthiens à propos du Repas du Seigneur. Cela va nous aider à comprendre ce que beaucoup d’entre nous n’avons sans doute pas saisi.


Citation:
« Lors donc que vous vous réunissez, ce n’est pas pour manger le Repas du Seigneur; car, quand vous vous mettez à table, chacun commence par prendre son propre repas, et l’un a faim, tandis que l’autre est ivre. Quoi ! N’avez-vous pas des maisons pour y manger et boire ? Ou méprisez-vous l’Eglise de Dieu, et faites-vous honte à ceux qui n’ont rien ? Que vous dirai-je ? Vous louerai-je ? En cela je ne vous loue point…Car celui qui mange et boit sans discerner le corps du Seigneur, mange et boit un jugement contre lui-même. C’est pour cela qu’il y a parmi vous beaucoup de faibles et de malades, et qu’un grand nombre dorment…. Ainsi, mes frères, lorsque vous vous réunissez pour le repas, attendez-vous les uns les autres. Si quelqu’un a faim, qu’il mange chez lui, afin que vous ne vous réunissiez pas pour attirer un jugement sur vous. » (1 Cor. 11:20-34).



En examinant attentivement les premiers et derniers versets de ce passage, il est un point qui nous échappe souvent. À l’évidence, les premiers chrétiens se réunissaient, avant tout, pour partager le Repas du Seigneur. En tout cas, certaines de leurs réunions avaient pour but essentiel le partage d’un repas, un repas qu’ils appelaient le « Repas du Seigneur ».
Relisez ces premiers et derniers versets pour vous en faire votre propre idée :


Citation:
« Lors donc que vous vous réunissez, ce n’est pas pour manger le Repas du Seigneur; car, quand vous vous mettez à table, chacun commence par prendre son propre repas, (ce qui signifie que vous dites que vous vous réunissez pour partager le Repas du Seigneur, mais la façon dont vous le faites révèle qu’il s’agit d’autre chose) et l’un a faim, tandis que l’autre est ivre… Ainsi, mes frères, lorsque vous vous réunissez pour le repas… » (1 Cor. 11:20,34,).



Il ressort à l’évidence de ces deux versets que le Repas du Seigneur était bien un véritable repas.
Une fois ce fait établi, d’autres passages de l’Ecriture qui décrivent la vie de l’Église primitive prennent une signification nouvelle.
Par exemple, Luc décrit quatre activités qui caractérisaient les premiers chrétiens, l’une d’entre elles étant de partager des repas :
Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières. (Actes 2:42)
Et juste quelques versets plus loin, Luc souligne à nouveau ces repas communs :


Citation:
Ils étaient chaque jour tous ensemble assidus au temple, ils rompaient le pain dans les maisons, et prenaient leur nourriture avec joie et simplicité de cœur, louant Dieu, et trouvant grâce auprès de tout le peuple. (Actes 2:46-47)



Bien que Luc ne spécifie pas explicitement que ces repas étaient le » Repas du Seigneur », ils sont absolument conformes à la description que Paul fait du Repas du Seigneur en 1 Corinthiens 11:20-34. Nous pouvons donc nous demander : si le Repas du Seigneur est un repas en commun, quelle pourrait être la différence majeure entre un repas en commun qui ne serait pas le Repas du Seigneur et un repas en commun le serait, d’autant plus quand le pain et le vin étaient les éléments les plus communs d’un repas ordinaire de cette époque ?
Nous pourrions même aller plus loin et nous demander, puisque Jésus a dit : »Faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez. »: Est-il possible que Jésus voulait qu’ils se souviennent de Lui chaque fois qu’ils boiraient en commun du vin, boisson très répandue à leur époque ?
La description que font Paul et Luc de la vie de l’Église des premiers temps révèle la grande différence entre ce qui était alors comme faisant partie de la vie courante des chrétiens, mais qui ne l’est plus aujourd’hui. Nous nous réunissons rarement aujourd’hui dans le but de partatger avec simplicité le Repas du Seigneur. Au contraire, dans la vision moderne, nous plaçons plutôt le Repas du Seigneur en fin des réunions dominicales, en « annexe ». En plus, il ne s’agit pas du tout d’un véritable repas, mais d’un petit « snack », un bout de nourriture symbolique.
De fait, les agapes que les églises modernes organisent à l’occasion sont plus proches de ce que le Nouveau Testament nous montre comme modèle de ce que doit être le Repas du Seigneur.
2 – Le Repas d’AgapeIl me semble également correct de conclure que Jude, dans sa petite épître se référait aux repas chrétiens quotidiens, quand il les appelait « fêtes de l’amour » (Agapes) (voir Jude 1:12). Ces repas quotidiens étaient en effet une fête de l’amour, un repas où ceux qui le pouvaient apportaient de la nourriture qu’ils partageaient avec les pauvres au milieu d’eux, ce qui est précisément ce que Paul décrit en 1 Corinthiens 11:20-23.Gardez en mémoire que lorsque Paul écrivait : « Ou bien méprisez-vous l’Église de Dieu ? », il ne parlait pas, évidemment, de mépriser un bâtiment qui aurait servi d’église aux Chrétiens. Il parlait des Chrétiens eux-mêmes. Se saouler et s’empifrer de toute la nourriture lors d’un rassemblement des Saints est certainement une preuve du peu de considération que l’on peut porter aux enfants de Dieu, l’Église. En agissant ainsi, on « méprise l’Église de Dieu ».
Ces gloutons étaient typiquement les personnes auxquelles Jude pensait quand il écrivait,


Citation:
« Ce sont des écueils dans vos agapes, faisant impudemment bonne chère, se repaissant eux-mêmes. » (Jude 1:12).



Mais revenons aux écrits de Paul. Les Chrétiens corinthiens ne pouvaient pas, avec justice, appeler leurs repas communs « le Repas du Seigneur », parce qu’il en ressortait de l’égoïsme plutôt que de l’amour ! Tous ceux qui le pouvaient apportaient à manger et du vin pour le repas, mais tous n’arrivaient pas à la même heure. Les premiers arrivés mangeaient sans attendre les autres, et quand les derniers arrivaient, – dont certains apparemment étaient parfois si pauvres qu’ils ne pouvaient apporter aucune nourriture – , tout avait déjà été consommé. Certains des premiers arrivés étaient même saouls d’avoir bu tout le vin, alors que les derniers restaient avec leur faim après leur arrivée. Pas vraiment une agape, pas vraiment une « Fête de l’amour » !
C’est pour cela que Paul réprimande vivement les Corinthiens en concluant :


Citation:
« Ainsi, mes frères, lorsque vous vous réunissez pour le repas, attendez-vous les uns les autres. Si quelqu’un a faim, qu’il mange chez lui » (1 Cor 11:33-34).


3 – Un Rassemblement UniqueDe manière évidente, le Repas du Seigneur était, dans l’Église primitive, un rassemblement de Chrétiens de différentes classes sociales et économiques, ce qui en faisait quelque chose d’absolument unique sur la planète Terre, un véritable avant-goût des noces de l’Agneau. S’occuper des pauvres est une part de ce à quoi le Christianisme est destiné, suffisamment pour que cela soit une composante du Repas du Seigneur auquel prenaient part et dont se réjouissaient les premiers Chrétiens.Par le moyen du Repas du Seigneur, les premiers croyants remplissaient un commandement de Christ qui semble littéralement ignoré aujourd’hui:


Citation:
« Lorsque tu donnes à dîner ou à souper, n’invite pas tes amis, ni tes frères, ni tes parents, ni des voisins riches, de peur qu’ils ne t’invitent à leur tour et qu’on ne te rende la pareille. Mais, lorsque tu donnes un festin, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles. Et tu seras heureux de ce qu’ils ne peuvent pas te rendre la pareille; car elle te sera rendue à la résurrection des justes. » (Luc 14:12-14)



Il est certain qu’un tel dîner est réellement une « fête de l’amour » ! Mais revenons aux Corinthiens. Ils remplissaient, en partie, le commandement de Christ que nous venons de lire. Ils invitaient les pauvres au milieu d’eux pour un repas en commun. Cependant, avant que les pauvres arrivent, ils avaient mangé toute la nourriture ! Et en agissant ainsi, ils se plaçaient eux-mêmes sous un jugement de Dieu :


Citation:
« Si quelqu’un a faim, qu’il mange chez lui, afin que vous n’attiriez pas un jugement sur vous ». ( 1 Cor. 11:34)



Paul avait détaillé plus précisément ce jugement dans les versets précédents….
Les jugements (ou corrections) dont certains Corinthiens avaient à souffrir étaient la faiblesse, la maladie, et même la mort prématurée. Ces jugements tombaient sur eux simplement par le fait qu’ils mangeaient toute la nourriture et qu’ils buvaient jusqu’à l’ivresse lors du Repas du Seigneur. Un comportement qui révélait quelque chose de plus grave, que Paul appelait :


Citation:
« Ne pas discerner le corps » (11:29)



Paul parlait de la nécessité pour chacun d’avoir un juste regard sur ce qu’était le Corps de Christ, un corps formé des croyants. Que personne, comme il le disait auparavant, « ne méprise l’Église de Dieu » (11:22) ! Cette attitude se révélait, entre autres, lorsqu’ils ignoraient ou maltraitaient les pauvres au milieu d’eux lors du Repas du Seigneur. L’acte même de manger tout le pain sans penser aux retardataires affamés faisait de ce « Repas du Seigneur » une parodie de ce que représentait en fait de partager un seul pain, symbole de notre unité avec Christ et les autres chrétiens (voir Cor. 10:16-17).
Paul évoquait sans doute en parallèle le fait que chacun était ainsi amené à juger sa propre nature pécheresse et égoïste, une nature révélée par un comportement inconsidéré lors du Repas du Seigneur.
Les deux interprétations amènent à la même conclusion :
Participer au Repas du Seigneur, acte symbolisant fortement le souvenir de l’étonnant amour de Jésus pour chacun d’entre nous, ainsi qu’un moyen d’expression de notre amour les uns pour les autres, peut s’avérer mortel si « ‘fait indignement » » (11:27), en l’occurrence : égoïstement. L’égoïsme est un déni tacite de tout ce que le Repas du Seigneur représente.
Imaginez quelques-uns dévorant et buvant tout au repas du Seigneur, de sorte que certains « des plus petits » parmi les frères en Christ aient à rentrer chez eux plus affamés qu’à leur arrivée ! Quand cela arrive, les brebis ne diffèrent pas beaucoup des boucs. Et nous savons ce que Dieu pense des boucs. (Si vous ne le savez pas, lisez Matt 25:31-46)
Vous pouvez comprendre pourquoi Dieu voulait corriger, à Corinthe, ces brebis au comportement de boucs. Cette correction, étonnamment, était une démonstration de Sa Grâce, ainsi que Paul l’écrivait :


Citation:
« Quand nous sommes jugés, nous sommes corrigés par le Seigneur, afin de ne pas être condamnés avec le monde » (11:32).



Le monde sera un jour condamné à l’enfer, mais Dieu nous corrige pour nous ramener dans le chemin étroit de la vie éternelle. Nous pouvons éviter Son jugement si, comme Paul l’écrit : » Nous nous jugeons nous-mêmes ». Ce qui signifie confesser et abandonner notre égoïsme.
J’espère que vous commencez à voir que le petit rituel que nous répétons dans nos églises est bien éloigné de ce que le Seigneur avait originellement prévu comme devant être Son très spécial repas d’amour ! J’ai également l’espoir que personne ne pense que je puisse appeler à, simplement, ramener le Repas du Seigneur des églises vers les maisons, et à juste augmenter la taille des portions ! La finalité essentielle est notre amour les uns pour les autres. Naturellement, un joyeux repas à la maison est une bien meilleure occasion d’exprimer notre amour pour les autres qu’un « snack » de deux minutes que nous avalons, les yeux fixés sur le dos de celui qui se trouve devant nous.
Mais, plus important, partager notre nourriture avec des croyants pauvres est bien plus en adéquation avec le fait d’aimer nos prochains comme nous-mêmes (un commandement d’une importance capitale), comparé à ce que nous faisons en participant pieusement à un rituel d’église, qui se base pratiquement, uniquement, sur une tradition catholique Romaine !
J’ai tendance à penser que si nous partageons le Repas du Seigneur, que ce soit comme un « snack » ou comme un véritable repas à la maison, nous sommes aussi coupables que les Corinthiens si nous ne prenons pas soin de ceux du Corps de Christ qui ont peu ou pas à manger, et ce, même s’ils vivent dans une autre nation. Quelle caricature du Repas du Seigneur en font ceux qui se disent Chrétiens, quand ils savourent du vin tout en ne faisant aucun cas de leurs frères et sœurs en Christ qui meurent de faim ! Comme les Corinthiens, ceux-là mangent et boivent un jugement contre eux-mêmes, et, à moins qu’ils ne se repentent, eux aussi seront condamnés avec le monde, selon l’avertissement de Christ en Matthieu 25:31-46.
4 – Le Repas spontané du SeigneurJe pense qu’il est fort possible que beaucoup d’entre nous aient pu apprécier à un certain degré le Repas du Seigneur sans même le savoir, puisque nous avons été naturellement amenés à partager des repas avec ceux pour qui nous avons le sentiment d’avoir des relations sacrées et spirituelles. Cela arrive naturellement quand les personnes sont nées de nouveau. Comme Paul l’écrivait :

Citation:
« Pour ce qui est de l’amour fraternel, vous n’avez pas besoin qu’on vous en écrive; car vous avez vous-mêmes appris de Dieu à vous aimer les uns les autres » (1 Thes 4:9).



Et Jean écrivit :


Citation:
« Nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons les frères. » ( 1 Jean 3:14).



L’amour fait partie du pack du salut. Maintenant, combien de pasteurs sincères ont découvert que bien des membres de leurs églises n’avaient aucune aspiration véritable à rencontrer d’autres Chrétiens dans de petits groupes spirituels, et encore moins, à vrai dire, à se réunir à la maison pour partager un repas ? Ces personnes assisteront à un spectacle du dimanche matin et serreront même éventuellement des mains quand le pasteur leur demandera de prendre une minute pour aller les uns vers les autres.
Mais ils ne s’aiment pas véritablement les uns les autres. Sitôt l’heure venue, les boucs s’en retournent en courant vers le parking où les attendent leurs voitures. Mais, pour les vraies brebis, l’Église commence souvent après le service. Ils restent longtemps à parler, ou s’en vont partager un repas où la réelle nourriture est spirituelle et où se ressent l’esprit de famille. Ils ne le font pas par obligation, mais bien parce qu’ils le désirent vraiment, et c’est ce qui a de la valeur aux yeux de Dieu !
Les premiers Chrétiens ne se réunissaient pas parce qu’ils avaient lu dans le livres des Actes qu’ils DEVAIENT partager des repas et ce, pour « revenir à des manières bibliques ». Ils le faisaient car ils le voulaient ! Ce principe est tellement révélateur de ce qu’est la façon de faire de Dieu !
Chaque pasteur qui tente de motiver les boucs pour qu’ils se comportent en brebis perd son temps. Il a plutôt besoin de proclamer le vrai évangile jusqu’à ce que les boucs fuient ou se repentent. Ceux qui se repentent deviendront des brebis. Alors ils commenceront à se conduire en brebis, naturellement (ou peut-être devrais-je dire, surnaturellement).
5 – La Vraie OrthodoxieL’histoire chrétienne indique que ce n’est pas avant la fin du second siècle que le pain et le vin ont commencé à être séparés du Repas du Seigneur. A la fin du quatrième siècle, la « fête de l’amour » a été, en réalité, interdite par le Concile de Carthage. Dans les siècles qui suivirent, le Repas du Seigneur s’est transformé en un sombre et mystique rituel au cours duquel le pain et le vin sont en fait devenus le corps et le sang de Christ : un » saint sacrifice » qui ne pouvait être administré que par un prêtre ordonné, et uniquement dans un endroit sacralisé très précis d’un bâtiment lui-même sacralisé.J’ai posé la question suivante à des pasteurs de tous les pays en voie de développement :
- Quelle serait votre réaction si vous appreniez que certains des membres de votre église se réunissaient dans des maisons privées pour célébrer la Sainte cène, sans la présence d’un ministre ordonné pour officier au service et bénir les aliments ?
La plupart d’entre eux ont confessé que leur première réaction serait d’en être extrêmement alarmés, car une telle chose leur semblerait hérétique ! Je les reprends alors habituellement en leur disant qu’ils sont comme les prêtres Catholiques Romains ! Ils ont aveuglément suivi une tradition non-biblique qui remonte à plus de 1700 ans ! Certes, ils ne croient pas que le pain et le vin de la communion deviennent psysiquement le Corps et le sang de Christ*, mais la sacralisation de la communion en un rituel dominical dans « leur » église s’y apparente de près ! NOTE de Michelle d’Astier: Doctrine catholique romaine de la transsubstantation née au quatrième siècle après Jésus-Christ, à cause d’une interprétation « textuelle » et non « spirituelle » de Jean 6:50 à 58
Quoiqu’il en soit, la vérité est que le Repas du Seigneur, tel qu’il était pratiqué par les premiers Chrétiens, ne se déroulait jamais dans un bâtiment d’église particulièrement affecté pour ce faire*, mais dans des maisons. Et il ne s’agissait jamais d’un petit « snack », mais toujours d’un vrai repas. Et il n’y avait jamais un « ministre ordonné » présent pour « officier », puisqu’il n’existait aucun « ministre ordonné ». Note de Michelle d’Astier: et trop souvent « sacralisé », comme chez les catholiques !
Les Ecritures nous conduisent à penser que des Chrétiens ordinaires partageaient avec joie le Repas du Seigneur. De plus, lors du Repas du Seigneur, les pauvres étaient nourris*. Et chaque étudiant de la Bible qui a pu écrire sur la manière dont le Repas du Seigneur se pratiquait par l’Église des premiers temps vous confirmera cela… (si vous ne me croyez, ni moi, ni la Bible !).%%

  • Note de Michelle d’Astier: Chaque jour, nous dit la Bible ! (Actes 2:47 – 4:34)


Je me demande combien de pasteurs (il y en a des centaines dans notre liste d’e-mails) qui, après avoir lu ceci, vont continuer de le pratiquer de cette manière non traditionnelle, et combien vont commencer à éduquer leur congrégation en vue de le faire à la manière du Seigneur. Choisirez-vous la manière biblique ou la façon » orthodoxe « ?
Car si votre église n’est qu’un lieu de rendez-vous de boucs, préparez vous à des désagréments !

David Servant

(Note M.A.V.: Merci à Olivier qui a pris de son temps pour traduire cet article. J’avais ressenti qu’il était urgent de nous rappeler que l’évangile, quand il fait son œuvre dans notre cœur, se traduit PAR DES ACTES D’AMOUR CONCRETS. Car Christ en nous doit souvent pleurer de notre égoïsme occidental !Personnellement, je me suis sentie fortement interpelée !
Rappelons-nous les paroles sévères que Jésus a adressées en Matthieu 25 – L’article de David Servant est en entière conformité avec ces paroles auxquelles il fait plusieurs fois allusion.
Rappelons-nous aussi que ce ne sont pas aux païens que Jésus parlait, mais AUX CROYANTS !
Matthieu 25:31 à 46
Lorsque le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, avec tous les anges, il s’assiéra sur le trône de sa gloire.
Toutes les nations seront assemblées devant lui. Il séparera les uns d’avec les autres, comme le berger sépare les brebis d’avec les boucs ; et il mettra les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche.
Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite : Venez, vous qui êtes bénis de mon Père ; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde.
Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais étranger, et vous m’avez recueilli ; j’étais nu, et vous m’avez vêtu ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus vers moi.
Les justes lui répondront : Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, et t’avons-nous donné à manger ; ou avoir soif, et t’avons-nous donné à boire ? Quand t’avons-nous vu étranger, et t’avons-nous recueilli ; ou nu, et t’avons-nous vêtu ? Quand t’avons-nous vu malade, ou en prison, et sommes-nous allés vers toi ?
Et le roi leur répondra : Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites.
Ensuite il dira à ceux qui seront à sa gauche : Retirez-vous de moi, maudits ; allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges.
Car j’ai eu faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’ai eu soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ; j’étais étranger, et vous ne m’avez pas recueilli ; j’étais nu, et vous ne m’avez pas vêtu ; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité.
Ils répondront aussi : Seigneur, quand t’avons-nous vu ayant faim, ou ayant soif, ou étranger, ou nu, ou malade, ou en prison, et ne t’avons-nous pas assisté ?
Et il leur répondra : Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous n’avez pas fait ces choses à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne les avez pas faites.
Et ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle
CRAIGNONS DIEU ! Et que le Seigneur Jésus vienne changer notre cœur, afin que nous ne nous entendions pas dire une jour: « Retirez-vous de moi, maudits ; allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges. »)


Extrait du Blogdei

  Image du Blog ancoco.centerblog.net

Deborah ou Jézabel plus autres edifications

 Voici un sujet important




Arrow http://www.alliances-delivrances.com/article-deborah-ou-jezabel-eliane-colard-77655431.html

Pauvre Marthe ! Lorsque l'on parle d'elle et de sa soeur Marie, Marthe a vite le mauvais rôle. Elle est souvent prise en exemple de ce qu'il ne faut pas faire...
Cette “condamnation” générale sur Marthe, la servante, a fait peser un sentiment de culpabilité sur des générations de femmes.
 
Bien sûr, Jésus répondit en la reprenant, à ses complaintes quant au fait qu'elle servait seule alors que Marie ne faisait qu'écouter. Il confirma que Marie avait choisi la meilleure place.
Luc 10:42 (version Louis Segond)Marie a choisi la bonne part, qui ne lui sera point ôtée.”
Marthe vaut pourtant le coup d'être regardée d'un peu plus près. Il y a bien plus que de l'activisme dans le coeur de Marthe !
 
Si Jésus passait dans mon quartier et choisissait de s'arrêter chez moi, je m'assurerais, en tant que maîtresse de maison, de tout mettre en oeuvre pour pouvoir présenter sur la table le meilleur des repas. Exactement comme Marthe le fit.
Marthe était sans aucun doute la soeur aînée. Il est fort possible aussi qu'elle était veuve (son mari était, peut-être, Simon le lépreux - voir en parallèleMatthieu 26:6-13 ; Marc 14:3-9 ; Jean 12:1-8 ; Jean 11:2).
Dans une culture où la femme n'a qu'une seconde place, Marthe a accès au coeur de Jésus. Elle interagit avec Lui sans réserve, sans crainte et sans détour. Ce fait, par lui-même est remarquable.
Le Maître ne la repousse pas mais répond à sa requête. Jésus aimait Marthe et la respectait pour qui elle était.
Dans le verset suivant, Marthe est citée en premier. Ce qui est une preuve réelle de respect et d'affection.
Jean 11:5 (LS)Or, Jésus aimait Marthe, et sa soeur, et Lazare.”
Lors de cet incident, le Seigneur regardait à l'état de coeur de Marthe et à l'à-propos de la gestion du temps.
Elle servait, mais son coeur râlait. Elle pestait intérieurement contre le fait qu'elle était seule à se démener.

Cela me fait penser à un ami pasteur qui nous racontait un jour qu'il s'était retrouvé seul en train de repeindre les murs de l'église. Seul sur son échafaudage, il se plaignait auprès de Dieu du fait que les chrétiens l'avaient laissé tout seul pour s'occuper de l'église. Heureusement que lui, était là. Le Seigneur le reprit avec douceur en lui expliquant que la seule chose que Lui voyait, était l'état de son coeur, s'aigrissant à chaque coup de pinceau. Cela n'avait donc plus aucune valeur aux yeux de Dieu. Certes le mur serait repeint, mais cela ne serait pas compté en positif pour ce pasteur. L'attitude de son coeur n'était pas celle que Dieu espérait.

Le coeur de Marthe n'était pas non plus ce que le Seigneur espérait d'elle.

Marthe avait aussi à gérer un problème de temps.
C'est sans doute aussi une des raisons pour lesquelles Jésus l'a reprise au moment du repas chez elle. Qui sait, Jésus aurait peut-être pourvu lui-même à la nourriture ? C'était le temps de se nourrir spirituellement.

Au moment du décès de son frère Lazare, Marthe eut, à nouveau, un problème avec le minutage de Dieu.

Jean 11:20 (LS)Lorsque Marthe apprit que Jésus arrivait, elle alla au-devant de lui, tandis que Marie se tenait assise à la maison. Marthe dit à Jésus : Seigneur, si tu eusses été ici, mon frère ne serait pas mort.”
Cette fois-ci, Marie ne chercha pas à venir à la rencontre de Jésus. Elle resta assise à la maison.
Marthe, elle, sortit et alla au-devant du Seigneur. lampbibl:

Marthe rend ici un des premiers et des plus beaux témoignages de foi que le Nouveau Testament nous rapporte. Elle ne douta pas une seconde que Jésus aurait guéri son frère s'Il avait été présent. Elle comprit bien avant les disciples, qui Jésus était le Messie, celui qu'ils attendaient.

Jean 11:21 (LS)Mais, maintenant même, je sais que tout ce que tu demanderas à Dieu, Dieu te l'accordera.”
Jean 11:27 (LS)Oui, Seigneur, je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu, qui devait venir dans le monde.”

Marthe avait encore besoin de comprendre que le temps appartient à Dieu et qu'Il le gère pour le meilleur.
Jean 11:6 (LS)Lors donc qu'il (Jésus) eut appris que Lazare était malade, il resta deux jours encore dans le lieu où il était.”
Jésus savait que de ramener Lazare à la vie servirait à la Gloire de Dieu. Il resta donc deux jours de plus. Lazare devait passer par la mort pour qu'il puisse être ramené à la vie.

Toi qui te reconnais dans l'exemple de Marthe, continue de servir ton Dieu avec le zèle de la maison du Père, en surveillant l'état de ton coeur et en faisant confiance à Dieu pour la gestion du temps dans ta vie.
RACHEL DUFOUR
Image du Blog ancoco.centerblog.net
LA FAUSSE DOCTRINE DE LA COUVERTURE SPIRITUELLE
 
 
Image du Blog ancoco.centerblog.net
 
CONFIEZ VOUS EN DIEU

Ésaïe 25:4

Tu as été un refuge pour le faible, Un refuge pour le malheureux dans la détresse, Un abri contre la tempête, Un ombrage contre la chaleur; Car le souffle des tyrans Est comme l'ouragan qui frappe une muraille.Dans le passé, j'ai fait quelques randonnées pédestres en groupe et je me rappelle particulièrement d'une que j'ai trouvé particulièrement dure. Le soleil était vraiment ardu, la chaleur insurmontable, et je pensais que j'allais mourir ce jour. On avait marché beaucoup et on ne voyait aucun arbre, aucun endroit où on pouvait trouver de l'ombrage.
En dépit des encouragements du reste du groupe, en dépit des paroles motivantes du chef de groupe et des plus robustes, je n'en pouvais plus. J'avais de l'eau, j'avais des encouragements mais ce qu'il me fallait à ce moment c'était de trouver un ombrage contre la chaleur.

Un ombrage contre la chaleur, un endroit où je pouvais me reposer, me rafraichir et rassembler mes forces pour repartir.

Lorsque nous avions enfin trouver des arbres, des cris de soulagement se firent entendre. Je m'installai au-dessous d'un avec un très grand soulagement, j'étais en sécurité. J'avais vaincu le soleil et la chaleur juste en me positionnant à l'ombre.

Hier soir, en méditant Ésaïe 25:4, j'ai pensé à cette randonnée: je me suis souvenu de l'état physique et émotionnel dans lequel j'étais avant de trouver cet ombrage, puis l'état dans lequel j'étais lorsque j'étais recouverte de cet ombre et l'état dans lequel j'étais après.

Le fait de me reposer à l'ombre de cet arbre a tout changé dans mon état physique et émotionnel. Ce moment était important pour moi avant de continuer ma route.

Dieu est un ombrage lorsque qu'à cause des aléas de la vie, vous perdez des forces et vous recherchez du repos. Peut-être qu'Il ne fera pas disparaitre la chaleur, peut-être qu'Il ne la diminuera pas mais Il est là, présent dans votre vie pour vous protéger et vous donner de la force pour supporter l'insupportable.

Si vous êtes fatigués physiquement et spirituellement, positionnez-vous dans la présence de Dieu, confiez-vous en Lui et Il renouvèlera vos forces.

extrait du Blog exhortations quotidiennes de Blogspot
Image du Blog ancoco.centerblog.net

Doit on prendre au sérieux la fin du monde au 21.12.2012 !?

Pourquoi Hollywood en veut à la planète Terre ?

Que ce soit à cause du réchauffement climatique, comme dans le film Le Jour d’après, ou avec des météorites géantes qui s’écrasent sur la terre, comme dans Armageddon et Deep Impact, les cinéastes semblent en vouloir à la terre et à ses habitants ! Apparemment, les scènes de destruction massive, réalisées par ordinateur, rapportent beaucoup d’argent.

Le mois de novembre 2009 a vu l’arrivée d’un nouveau venu dans ce genre cinématographique, avec la sortie de 2012, le dernier film à grand spectacle de Roland Emmerlich. Ce film, basé sur la « fin du monde », captive tous les sens des spectateurs avec des scènes de destruction inimaginables, où des êtres humains impuissants essaient de survivre. En utilisant les moyens techniques les plus modernes pour les effets spéciaux, le film montre des scènes de cataclysme, d’éruptions volcaniques terrifiantes, d’activité sismique sans précédent (des villes côtières sont entièrement englouties par l’océan !) et de tsunamis tellement puissants que la hauteur des vagues atteint les sommets de la chaîne montagneuse la plus haute du monde.

Cependant, derrière tous ces effets spéciaux, le film 2012 puise son inspiration dans un phénomène à la mode : l’hystérie croissante autour de l’an 2012 – en particulier le 21 décembre 2012. De plus en plus de gens pronostiquent un cataclysme qui détruira la terre à cette date – tandis que d’autres, au contraire, espèrent voir apparaître l’aube d’un « Nouvel Age » pour la terre et ses habitants.

Etonnamment, des millions de personnes semblent prendre ces prédictions au sérieux. A travers le monde entier, de nombreuses personnes, individuellement ou collectivement, font des réserves de nourriture et de produits divers – allant même jusqu’à utiliser leurs économies pour acheter un bout de terre situé en altitude – tout cela en préparation des événements qui, selon elles, dévasteront la terre en décembre 2012.

Qu’y a-t-il derrière cette « frénésie pour 2012 » ? Pourquoi tant de gens croient-ils que le 21 décembre 2012 sera la fin du monde ? Comment les chrétiens doivent-ils réagir face à ces prédictions ? Existe-t-il un moyen de connaître réellement ce qui arrivera dans le futur ?

Pourquoi le 21 décembre 2012 ?

Afin de comprendre pourquoi tant de personnes accordent de l’importance à la date du 21 décembre 2012, nous devons remonter à l’antique civilisation maya – une culture qui prospéra dans la région mésoaméricaine, en Amérique centrale.

Les Mayas possédaient plusieurs calendriers qui comptabilisaient différents cycles de temps. Un de ces calendriers a été baptisé le « Compte Long » par les scientifiques – il compte les jours s’écoulant depuis la date de la création terrestre, dans la mythologie maya, en août de l’an 3114 av. J.-C. Selon le calendrier du Compte Long, le 21 décembre 2012 marque la fin d’une période de 5100 ans.

Beaucoup de gens ont interprété cette date comme la « fin » du calendrier maya. C’est là que s’arrête le cours d’histoire pour laisser place aux élucubrations « New Age » ! En fait, 2012 est devenu le point culminant d’un grand nombre d’idées astrologiques, occultes et New Age, pour les années à venir.

Pour beaucoup, 2012 sera la « fin du monde » – mais les avis divergent sur la signification du mot fin et sur la façon dont celle-ci arrivera. Certains prédisent un déluge planétaire cette année-là (s’opposant ainsi à Genèse 9 :11-17) ! D’autres prévoient un cataclysme dû à l’inversion du champ magnétique. D’autres encore prédisent que la position de la terre dans l’espace se modifiera, provoquant une soudaine inversion des pôles, ou une inversion du sens de rotation de la planète. D’autres personnes prédisent que des explosions à la surface du soleil brûleront la croûte terrestre, ou qu’un « alignement galactique » provoquera de terribles dégâts à la surface de notre planète.

Un autre groupe pense fermement que les gouvernements et les scientifiques du monde entier nous cachent l’existence d’une météorite ou d’un astéroïde qui s’écraserait, ou frôlerait la terre en 2012 – une conspiration mondiale.

Une chercheuse diplômée de l’Université de Cornell, Ann Martin, a rapporté que de nombreuses personnes sont effrayées. « Il est triste de recevoir des emails d’étudiants en quatrième année nous disant qu’ils sont trop jeunes pour mourir. Nous avons même vu une mère de deux enfants effrayée à l’idée de mourir sans avoir eu l’occasion de les voir grandir » (Associated Press, 11 octobre 2009. C’est nous qui traduisons tout au long de cet article).

Dans cette frénésie autour de 2012, un autre groupe espère que le 21 décembre 2012 marquera une « évolution » pour l’humanité – le commencement d’une époque de paix, d’amour et de joie, comme dans la chanson « L’ère du Verseau » de la comédie musicale hippie « Hair » ! Selon ces gens, cette époque de lumières sera marquée par un « alignement galactique » et l’humanité connaîtra de nouvelles expériences, comme des contacts télépathiques [appelés “channeling” dans la culture New Age] avec des extraterrestres et des esprits venus d’une autre dimension, ou la banalisation de la consommation des drogues et des substances hallucinogènes.

Apparemment, quelle que soit votre opinion concernant l’avenir de l’humanité – la mort, la destruction, les drogues ou l’émancipation – celui-ci se jouera le 21 décembre 2012 !

Rechercher la source

Face à cette avalanche de prédictions, il est raisonnable de se demander : « Mais d’où viennent toutes ces idées dans le monde ? »

Il est intéressant de noter que la plupart de ces théories citent les Mayas, alors que cette culture antique n’a jamais rien prédit de la sorte ! Dr. Stephen Houston, anthropologue à l’Université Brown et spécialiste des hiéroglyphes mayas, observe : « Ces funestes prophéties n’ont aucun fondement dans ce que nous connaissons des Mayas […] Les descriptions mayas parlent à peine de cet événement » (ABC News, “Will the World End in 2012 ?”, 3 juillet 2008).

Dr. Sandra Noble, directrice exécutive de la Fondation pour l’Essor des Etudes Méso-américaines en Floride, est encore plus lapidaire dans ses déclarations, comme cela est rapporté dans USA Today : « L’agitation autour du 21 décembre 2012, prédisant un cataclysme ou des mouvements cosmiques, n’est que “pure invention et une occasion pour de se faire beaucoup d’argent” » (“Does Maya Calendar predict 2012 Apocalypse ?”, 27 mars 2007).

Ainsi, l’hystérie autour de l’an 2012 est un phénomène moderne, tirant ses origines dans le mouvement New Age !

La plupart des gens qui ont popularisé la « deux-mille-douze-mania » ont ouvertement admis que ces idées leurs étaient venues alors qu’ils étaient sous l’influence de substances hallucinogènes ou de drogues psychédéliques comme la diméthyltryptamine, couramment appelée DMT. Ils déclarent que l’usage de ces drogues leur permet d’atteindre un état de « conscience lumineuse » et de « vision chamanique » – leur permettant de communiquer avec des êtres venus d’une autre dimension et d’obtenir des informations de leur part. Mais la plupart de ceux qui sont fascinés par les événements supposés changer le monde en 2012, ne savent pas que ce mouvement a été lancé par des personnes sous l’emprise de stupéfiants.

Même la théorie apparemment scientifique de « l’alignement galactique » est remplie de failles. Robert Bonadurer, directeur du Planétarium Daniel M. Soref au Public Museum de Milwaukee, a clairement déclaré qu’un tel alignement n’aurait pas lieu à cette date (“Did the ancient Mayans predict the end of the world ?”, Milwaukee Journal Sentinel, 18 avril 2009).

Ainsi, ce soi-disant « alignement galactique » n’est pas un concept scientifique, venant du monde de l’astronomie ou de la physique. Au contraire, il s’agit d’une superstition occulte du monde de l’astrologie – laissant croire qu’une certaine disposition des corps célestes pourrait fortement influencer, de manière visible, la destinée des habitants de la terre.

Comme nous venons de le voir, lorsque nous examinons « à la loupe » le phénomène de l’an 2012, ses véritables origines deviennent très claires et inquiétantes à la fois : l’astrologie, l’occultisme, l’usage de drogues psychédéliques, le chamanisme, le spiritisme et le « channeling » – sans oublier, bien entendu, l’aspect mercantile pour ceux qui se font de l’argent en exploitant la crédulité des gens.

Une approche chrétienne

Lorsque nous entendons de telles assertions, la réaction d’un véritable chrétien devrait être d’obéir au commandement biblique suivant : « Examinez toutes choses ; retenez ce qui est bon » (1 Thessaloniciens 5 :21). Les origines et les déclarations au sujet du 21 décembre 2012 résisteront-elles à l’épreuve de la Bible ? Croirez-vous et obéirez-vous à la Bible ?

Au sujet de l’astrologie et des alignements célestes, pour prédire l’avenir, il n’y a aucune ambiguïté dans la Bible : « Ainsi parle l’Eternel : N’imitez pas la voie des nations, et ne craignez pas les signes du ciel, parce que les nations les craignent » (Jérémie 10 :2). Les chrétiens ont clairement reçu l’ordre de s’éloigner des pratiques et des prédictions liées à l’astrologie !

L’usage des drogues psychédéliques et hallucinogènes est-il condamné dans la Bible ? Oui ! De nombreuses personnes ne s’en rendent pas compte, mais les pratiques des « chamanes » actuels à l’égard des drogues – tout comme leurs tentatives de télépathie avec des êtres « venus d’une autre dimension » – sont vieilles de plusieurs milliers d’années. Dans la Bible, il est fait mention de ces pratiques comme la divination, la sorcellerie, le spiritisme, l’astrologie ou « l’évocation des esprits », et Dieu condamne fermement ces pratiques qui sont des abominations à Ses yeux (Deutéronome 18 :10-12 ; Lévitique 19 :31 ; 20 :27 ; etc.) !

Pour celui qui croit au Dieu de la Bible, il n’y a aucune raison valable de se laisser emporter dans l’hystérie autour de l’an 2012 !

De quoi sera fait l’avenir ?

Cependant, il est évident pour tous les observateurs, que nous vivons une époque unique. Et pour ceux qui attendent le retour imminent de Jésus-Christ, ces jours sont au-delà d’une époque unique – ils sont prophétiques !

Au cours des dernières années, nous avons vu vaciller l’économie mondiale, qui est prête à s’effondrer, nous avons vu le terrorisme croître dans des proportions terrifiantes, ainsi que le chaos et la confusion sur la scène politique. Les dérèglements climatiques deviennent de plus en plus violents et les catastrophes naturelles de plus en plus destructrices. La plus grande nation du monde – les Etats-Unis, autrefois « invulnérable » – a été humiliée comme jamais auparavant. Des « Etats voyous » et des régimes politiques instables tentent d’acquérir des armes nucléaires et le monde est sur le point de basculer dans une autre époque !

Existe-t-il un moyen réel de connaître l’avenir ? Existe-t-il un manuel fiable et éprouvé nous décrivant comment sera l’avenir – et ce que nous pouvons faire pour notre sécurité, ainsi que pour la sécurité de nos familles et de nos proches ?

Oui, ce manuel existe !

Dieu déclare : « Si l’on vous dit : Consultez ceux qui évoquent les morts et ceux qui prédisent l’avenir, qui poussent des sifflements et des soupirs, répondez : Un peuple ne consultera-t-il pas son Dieu ? » (Esaïe 8 :19). Oui, nous devrions consulter la sagesse de notre Créateur et non les « prophètes » New Age.

Le Dieu tout-puissant est le Seul qui peut expliquer l’avenir ! « Souvenez-vous de ce qui s’est passé dès les temps anciens ; car je suis Dieu, et il n’y en a point d’autre, je suis Dieu, et nul n’est semblable à moi. J’annonce dès le commencement ce qui doit arriver, et longtemps d’avance ce qui n’est pas encore accompli ; je dis : Mes arrêts subsisteront, et j’exécuterai toute ma volonté » (Esaïe 46 :9-10).

Oui, Dieu révèle l’avenir à ceux qui veulent bien écouter. Et ce qu’Il nous révèle se trouve dans les pages de la Bible.

La parole de Dieu révèle les terribles calamités qui s’abattront sur notre planète dans les années à venir ! La Bible avertit spécifiquement les Etats-Unis et les peuples de descendance britannique de la terrible dévastation qui détruira complètement la puissance de ces nations ! Elle nous révèle également qu’une guerre éclatera finalement entre une superpuissance européenne dirigée par l’Allemagne et des nations de l’Orient et du Moyen-Orient. Cependant, les prophéties bibliques nous assurent que ce monde ne prendra pas fin en 2012, et que cette date ne marquera pas non plus le début d’une époque de paix mondiale, de prospérité et de joie. Les Ecritures détaillent clairement de grands événements dévastateurs, qui auront lieu pendant les trois ans et demi précédant le retour du Christ. Ces événements n’ayant pas commencé en novembre 2009, nous pouvons donc être certains que le retour du Christ n’aura pas lieu en décembre 2012 ou avant.

Bien entendu, nous pouvons tous mourir du jour au lendemain, et notre « fin du monde » personnelle peut se produire bien avant le retour du Christ – cela signifie que nous devons vivre quotidiennement comme si Jésus-Christ allait revenir ce soir pour nous juger !

Que nous annoncent les prophéties bibliques pour les années à venir ? Elles révèlent que le monde sera ébranlé par des événements qui commenceront bientôt à prendre forme – peut-être même avant 2012 !

Les Ecritures nous annoncent des catastrophes naturelles – et surnaturelles – d’une ampleur et d’une gravité terribles ! En décrivant l’époque des temps de la fin à Ses disciples, Jésus déclara : « Une nation s’élèvera contre une nation, et un royaume contre un royaume ; il y aura de grands tremblements de terre, et, en divers lieux, des pestes et des famines ; il y aura des phénomènes terribles, et de grands signes dans le ciel » (Luc 21 :10-11). Finalement, ces événements affecteront toutes les nations, à un niveau sans précédent sur terre ! Plus loin, dans le même chapitre, le Christ avertit : « Il y aura des signes dans le soleil, dans la lune et dans les étoiles. Et sur la terre, il y aura de l’angoisse chez les nations qui ne sauront que faire, au bruit de la mer et des flots, les hommes rendant l’âme de terreur dans l’attente de ce qui surviendra pour la terre ; car les puissances des cieux seront ébranlées » (versets 25-26). Il ne s’agira pas de « signes » ou « d’alignements » astrologiques – il s’agira d’événements réels qui se produiront dans les cieux et sur la terre (cf. Apocalypse 6 et 8) ! Les gens seront littéralement morts de peur lorsque ces événements se produiront – des événements décrits dans le livre de l’Apocalypse, ainsi que dans plusieurs prophéties de l’Ancien Testament !

Contrairement aux vagues « prophéties » associées au phénomène 2012, la Bible décrit précisément les événements à venir auxquels nous devrions être attentifs. Par exemple, la parole de Dieu nous avertit contre une séduction religieuse mondiale – qui est déjà partiellement à l’œuvre – et contre l’ascension d’un faux prophète qui réalisera des miracles (2 Thessaloniciens 2 :7-12 ; Apocalypse 13 :11-15). Elle nous dit qu’une puissance économique et militaire, dirigée par l’Allemagne, s’élèvera en Europe et dominera le monde. Cet empire sera différent de tous les autres empires que le monde a connus (Apocalypse 13 :1-4). Nous devons également être attentifs à l’unification d’un groupe de nations arabes, un projet qui n’a encore jamais abouti (Psaume 83 :4-7).

Contrairement à la vague impression que « quelque chose va se produire » en 2012, il existe de nombreux détails spécifiques et puissants compilés pour nous dans les Ecritures – des événements à surveiller, qui se produiront avant le retour de Jésus-Christ pour établir Son Royaume de paix et d’autorité sur les nations ! Mais le monde fera-t-il attention à ces événements ? Y ferez-vous attention ?

Ce que vous devez faire !

Une des plus grandes supercheries, liée à toutes ces prédictions pour l’an 2012, est que l’humanité a simplement « rendez-vous avec une date » – qui plus est, une date arbitraire.

Cependant, la Bible explique que les événements cataclysmiques à venir n’arriveront pas à cause d’une date choisie sur un calendrier, mais à cause des péchés d’une humanité entêtée qui refuse de se soumettre au Dieu tout-puissant !

Ces événements arriveront à cause de l’absence de repentance des nations – des nations qui ont été extraordinairement bénies par un Dieu d’amour et de miséricorde, qui est fidèle dans Ses promesses – des nations qui n’ont pas répondu à Dieu en Le remerciant et en Lui obéissant, mais qui continuent à tourner en dérision leur Créateur. Il ne s’agit pas d’un « hasard » ou d’une « coïncidence cosmique » ! Dieu nous rappelle : « Sonne-t-on de la trompette dans une ville, sans que le peuple soit dans l’épouvante ? Arrive-t-il un malheur dans une ville, sans que l’Eternel en soit l’auteur ? » (Amos 3 :6).

Contrairement à un alignement céleste de planètes ou d’étoiles, que nous ne pouvons pas éviter, Dieu donne un choix à chacun d’entre nous. Nous pouvons nous repentir. Oui, nous pouvons lire la parole de Dieu, apprendre Ses voies – qui ont été données pour notre bien – et nous pouvons changer notre vie. Oubliez les « fanatiques de 2012 » qui cherchent à acheter des espaces libres au sommet des montagnes, ou qui font des réserves d’or et d’armes. La Bible déclare à plusieurs reprises que cette façon d’agir ne servira à rien (cf. Ezéchiel 7 :14-19) !

Considérez plutôt les paroles de Jésus-Christ : « Prenez garde à vous-mêmes, de crainte que vos cœurs ne s’appesantissent par les excès du manger et du boire, et par les soucis de la vie, et que ce jour ne vienne sur vous à l’improviste ; car il viendra comme un filet sur tous ceux qui habitent sur la surface de toute la terre. Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d’échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l’homme » (Luc 21 :34-36).

Pour ceux qui se repentent – ceux qui cherchent dans la parole de Dieu, lisent son contenu et mettent en pratique ses instructions dans leur vie – Dieu offre la protection pendant cette terrible époque à venir. Si vous faites le choix de changer de mode de vie, les calamités à venir prophétisées dans la Bible deviendront de grands signes d’espoir, comme le Christ nous le dit dans Luc 21 :28 : « Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et levez vos têtes, parce que votre délivrance approche ».

Oui, ces événements prophétisés auront une fin – ils ont un but. Jésus-Christ reviendra bientôt ! Après avoir brisé la résistance d’une humanité rebelle et entêtée, Il apportera le Royaume de Dieu – une époque de joie, de prospérité et de paix comme l’humanité n’en a jamais connue ! Les gens apprendront à vivre selon le mode de vie prévu par Dieu, dans une relation intime avec leur Créateur. Enfin, que se passera-t-il pour ceux qui apprennent à obéir à leur Créateur et à observer Ses commandements, pendant cette vie, à notre époque, dans un monde qui déteste ces commandements ? Ils régneront avec Jésus-Christ pendant une période de mille ans, travaillant sous Ses ordres pour enseigner le monde, dans une gloire et une puissance impossibles à imaginer !

Voici la vérité – et elle offre bien plus d’espoir qu’une date tirée d’un vieux calendrier poussiéreux !

 

Wallace Smith

 

Image du Blog ancoco.centerblog.net

Dieu ne rigole pas avec le péché

  Image du Blog ancoco.centerblog.net

 

Ne t'ai-je pas dit que si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ? » 

 Jean 11 : 40

 

 

 

J'aime bien observer les animaux sauvages. Il y a quelques années je faisais rire tout le monde car j'admirais les magnifiques lézards verts dans notre jardin. Leur air hautain et peu engageant me faisait penser à des dinosaures miniatures et me fascinait.

Cette année pas de lézards verts mais des chats sauvages.

Une petite chatte tournait autour de chez nous depuis près de deux ans. Elle était toujours à l'affût des rares restes que je mettais dans notre compost. Mais je ne lui avais jamais rien donné d'autre à manger. Elle continuait malgré tout de miauler avec persistance en me regardant comme si elle allait me dévorer. Regard jaune genre « crocodile » qui ne me mettait pas très à l'aise !

Puis au printemps j'ai découvert qu'elle avait trois chatons. Alors j'ai acheté des croquettes bon marché et je lui en ai donné, car elle était très maigre.

Cinq mois plus tard et après quelques mésaventures, l'un des chatons s'est aussi incrusté chez moi, et comme il n'était pas autonome, je l'ai aussi nourri. Quand il était occupé à manger je lui caressais la tête. Et puis un jour, surprise, j'ai vu qu'il me tournait autour en cercles de plus en plus rapprochés. Il a fini par venir se frotter à mes jambes, puis par se faire caresser. J'ai assez rapidement pu l'attraper et constater que c'était une femelle.

La jeune chatte avait décidé de se faire apprivoiser !

Mais sa mère était toujours dans les parages et cherchait à la chasser en grognant et en lui donnant des coups de pattes. Elle semblait jalouse de sa fille. Et puis il y a quelques jours, deuxième surprise : elle s'est aussi approchée de moi pour se faire caresser !

Pourquoi est-ce que je vous parle de chats ?

Dans cette histoire, plusieurs éléments m'ont sidérée :

1 Du jour au lendemain ces deux chattes sauvages ont décidé de se laisser apprivoiser.
2 Je n'avais pas d'attentes particulières avec elles, donc je n'ai pas mis de pression et le contact s'est établi presque à mon insu.
3 Cela s'est fait dans la durée, « l'air de rien ». Le temps travaille pour nous.
4 La mère a eu envie de ce que vivait la petite.
5 Je n'ai pourtant pas de « don » particulier.

Ce que j'en retire comme interpellations :

1 Une situation en apparence bloquée peut très bien changer du jour au lendemain. CROIRE
2 Quand on respecte un être vivant, animal ou humain, dans sa liberté, alors il peut se laisser toucher sans se sentir en danger. RESPECTER
3 Tout se joue avec le temps : des années, des mois passent, et puis tout d'un coup la situation évolue radicalement, et nous prend presque au dépourvu. Le Seigneur travaille pour nous ! ESPERER
4 Pas besoin de faire de grandes choses, mais vivre simplement notre foi, pour FAIRE ENVIE.
5 Pas besoin d'être un spécialiste du témoignage, juste OSER.

Ça ne vous « parle » peut-être pas, mais moi si ! Ça m'encourage véritablement à continuer de croire et d'espérer que des personnes, voisins, amis, membres de ma famille, à qui j'ai parlé du Seigneur depuis des mois ou des années et qui « n'accrochent » pas, peuvent très bien changer d'attitude du jour au lendemain, alors que j'ai peut-être perdu tout espoir de les « toucher ».

Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde.
Matthieu 28 : 20
Jésus lui dit : « Ne t'ai-je pas dit que si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ? » Jean 11 : 40

Mais Dieu, par sa grâce, est toujours là, à portée de main et surtout de cœur ! Aussi insaisissable mais aussi réel que le vent ou que l'oxygène que nous respirons …

A Lui, Dieu, tout est possible ! Et tout est AUSSI possible à celui qui croit en Lui ! (Marc 9 : 23)

Je veux le croire en ce qui concerne ma famille. Et vous, le croyez-vous ?

 

Elisabeth Dugas

 

Image du Blog ancoco.centerblog.net

Les 7 feux de la consecration



chercher sur kimino
Ajouter un site

WL Rank