Comment obtenir le repos de Dieu

C'est Dieu qui justifie.....

LE PAIN

LE PAIN

Matthieu 4/4: "L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu".

Chaque matin, déjà à la première heure, autour de la table on prend le premier repas. Il est recommandé de manger copieusement et varié, avant de se rendre au travail, à l'école, afin d'avoir des forces nouvelles avant toute activité. Mais combien ne prennent rien : pas d'appétit si tôt, pas de temps : on s'est levé tard. Les gens oublient que leur corps a besoin de ce premier repas. Et dans la matinée, ils ont ce qu'on appelle : un coup de barre.
Hélas, le chrétien en fait autant. Vite levé, déjà l'esprit occupé par la journée qui commence, il ne prend pas le temps de nourrir son âme. Il remet à plus tard, et la journée se termine sans s'être arrêter devant le Seigneur. La fatigue a ensuite fait en sorte que l'on a plus la force de nourrir son âme, et la nuit tombe sans avoir eu un entretient avec Dieu.
La foi, si elle n'est pas nourrie régulièrement, s'étiole. Que notre premier repas soit celui du Pain de vie, cette nourriture de la Parole divine. Oh, pas une lecture en vitesse, pour dire : "J'ai lu ce matin un verset"; non, prendre ce "repas" en tête à tête avec le Seigneur, tranquillement: le pain vraiment partagé que l'on échange avec cet invité d'honneur, chacun s'entretenant de l'autre.
Abraham Lincoln, président des Etats Unis, prenait une heure chaque matin. Le pasteur Adams de Philadelphie, raconte qu'ayant un rendez-vous avec le Président à 5h du matin, il arriva à la Maison Blanche un peu avant l'instant fixé. Tandis qu'il attendait dans l'antichambre, il fut surpris d'entendre parler dans la pièce voisine et s'informa au près du domestique s'il y avait quelqu'un.
"Non, Mr le Président est seul, mais il lit sa Bible - Comment donc, est-ce son habitude journalière? - Oui Monsieur, tous les matins Mr Lincoln emploie l'heure de 4 à 5 à lire sa Bible et à prier à haute voix".

 

Le rempart de neige

En janvier 1814, à l'approche de l'armée russe, la population des duchés
de Schleswig-Holstein vécu la terreur. Les troupes ennemies faisaient
de grands ravages sur leur passage.
Une femme qui aimait Dieu pria instamment que sa maison soit épargnée et
protégée comme par une muraille. Avant d'aller se coucher, elle chanta
encore le cantique de Luther:

C'est un rempart que notre Dieu,
Une invincible armure,
Notre délivrance en tout lieu,
Notre défense sûre.

Son fils avait entendu la prière et se récria : "Maman, il ne faut pas
demander l'impossible! - Pour Dieu, tout est possible" ( Matthieu 19 /
26, répondit-elle.

La nuit vint. Ils s'endormirent. Vers le matin, un grand tapage les
réveilla. Les soldats étaient entrés dans le village, ils pénétraient
dans toutes les maisons et les pillaient. Mais personne n'entra chez
eux! Peu à peu les bruits diminuèrent, l'ennemi s'éloigna.
Comment leur maison avait-elle été épargnée?
Une neige épaisse était tombée pendant la nuit et, poussée par le vent du
nord, elle s'était entassée devant la porte, la cachant complètement.
Dieu leur avait envoyé un rempart de neige!
Il ne leur restait qu'à remercier Celui qui " campe autour de ceux qui le craignent, et les délivre "
( Psaume 34 / 7 )   La bonne semence

  Image du Blog ancoco.centerblog.net

L'homme dont Dieu se sert

« Jésus leur dit, Venez après moi, et je vous ferai devenir pêcheurs d’hommes. »

 Il n’y a, sur la terre, aucun homme ne vivant une vie plus inhabituelle que l’homme utilisé par Dieu pour Sa gloire et Sa louange. S’il est appelé à être le messager de Dieu, le berger de Christ, le vase de l’Esprit, alors il devra, par nécessité, être un instrument préparé par la main de Dieu pour toutes les choses auxquelles il aura à faire face. Le message qu’il porte est un message vivant, car c’est la vie de Christ Lui-même. Et puisque c’est un message vivant qu’il proclame par le puissance de l’Esprit, alors il devra être, par nécessité, l’incarnation de ce message, et le vivre dans sa propre expérience. Aujourd’hui, il peut des hauteurs de la gloire de Mont Sion, proclamer qu’il a vu le Roi de Dieu sur la montagne sainte de Sion ; et il peut, demain, se retrouver dans les profondeurs du désespoir afin qu’il apprenne et qu’il révèle à d’autres le muguet le plus doux qui soit trouvé dans la vallée de la défaite : Jésus !

L’homme que Dieu, dans Sa grâce, estime être utilisable pour le service des autres et pour Sa propre gloire, devra être capable de se tenir seul dans la présence de Dieu. Seul un homme qui sera resté trois ans et demi dans le désert, aura la constitution suffisante pour pouvoir faire face à un Achab et à une Jézabel. L’homme que Dieu utilisera pour faire venir le feu des cieux, devra avoir été soumis aux feux de la discipline de la sainteté. Si un homme espère avoir une révélation de Jésus Christ, il devra accepter la solitude de l’île de Patmos. La révélation de la grâce de Dieu est presque toujours assurément apprise dans la solitude de l’Arabie, là où même les frères retiennent « la main d’association » durant quatorze ans. L’homme qui désirera connaître Dieu à travers le buisson ardent, devra souffrir le rejet et du monde et des siens et devra se retirer dans le fin-fond du désert de Madian afin d’être seul avec Dieu. Il sera appelé à tout quitter pour suivre Jésus. Ceci demandera souvent qu’il devra se retirer davantage encore hors du camp, afin d’exhorter les saints à une marche plus rapprochée avec le Seigneur. Il devra apprendre à adorer, courbé sur son bâton, traitant avec suspicion tous ceux qui seraient prêts à lui offrir une aide ou un affermissement ; de peur que ceci ne se trouve être un « roseau cassé » et lui perce la main déjà percée à maintes fois.

Cet homme portera dans son cœur, s’il est bien l’instrument de Dieu, un fardeau que personne ne pourra partager sauf ceux qui ont déjà eu une telle expérience. Le grand poids des responsabilités spirituelles lui font dire « Qui est suffisant pour ces choses ? » Souvent, il sera incité à quitter le combat, et à s’enfuir vers une occupation plus légère et reposante, mais il est toujours tenu par l’inéluctable : « Malheur à moi si je n’évangélise pas. » Il gémit dans sa demeure d’ici-bas, étant en souci, et serait prêt à tout quitter si ce n’était pas pour être constamment rappelé qu’un jour viendra, après le pèlerinage pénible de la vie, où il devra faire face à Son Seigneur qui lui demandera « M’aimes-tu ? »

Si seulement nous connaissions la chaleur des fournaises dans lesquelles certains hommes vivent et oeuvrent, nous redécouvririons que la grâce a toujours ses martyres consumés chaque jour, comme des sacrifices vivants mais invisibles aux hommes. Si seulement nous réalisions le conflit intérieur avec lequel certains hommes prêchent et oeuvrent, nous serions ébahis par la grâce qui les soutient, et non pas par le désespoir sporadique qui les accable. Alors, nous glorifierions Dieu pour Ses maintes victoires dans un tel homme au lieu de magnifier ses quelques défaites. Les saints s’assoient aux pieds de l’homme de Dieu alors qu’il dispense les mystères divins, et alors qu’ils se désaltèrent à la source d’eaux vives, sans réaliser que de telles eaux sont puisées dans le roc de son âme.

Où qu’il y ait une oeuvre à accomplir, là il y aura un satan pour l’accuser faussement, et pour demander à Dieu de lui infliger des épreuves peu ordinaires dans sa vie. Toutes les choses, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, sont scrutées par le diable afin qu’il tende sournoisement un piège ou une attaque. Et bien souvent, comme les disciples du Seigneur, au lieu de veiller et de prier, il dort et est vaincu et est emporté au loin en captivité. Ces attaques s’accumulent sur le serviteur de Dieu. Alors même qu’il pense que Dieu a béni son ministère, et qu’il se retrouve à prêcher à des multitudes, ces dernières se détournent soudainement, révélant en fait qu’elles ne voulaient pas de ces paroles de vie. Alors, comme le fit le Seigneur, il se tourne vers ses « douze » pour s’apercevoir que l’un d’eux est un traite ; parfois c’est plus qu’il ne peut supporter.

Il résiste aux flèches tirées contre lui par un infidèle, pour tomber mortellement blessé par un dard provenant de la bouche d’un frère. Il est constamment accusé d’une chose et d’une autre, et les constantes critiques et les reproches incessants tombent sur son cœur solide comme un roc sans aucun succès, jusqu’au jour où, sans avertissement il se fait écraser.

Souvent Dieu permet que la défaite suive la victoire. David « a frappé ses dix mille », mais la Parole de Dieu déclare qu’il « était fatigué ». Jacob lutta toute la nuit, mais il s’appuya sur son bâton le lendemain. Élie pria le feu des cieux, mit Satan en fuite et le ruisseau était rouge du sang des faux prophètes. Mais voyez-le le lendemain, il ne se vante pas de ses œuvres, voyez-le face à terre, écoutez-le crier pour être délivré. C’est là l’équilibre de Dieu, c’est la façon utilisée par Dieu afin d’amener Ses serviteurs humblement devant Lui ; les humiliant sous Sa main afin de les relever le moment approprié. Il semble y avoir une saison pour la victoire, mais aussi une saison pour l’apparente défaite. Je dis « apparente », car il semble en être ainsi à l’œil non exercé de la chair. La chair ne peut pas voir que le serviteur de Dieu est dans l’école de la discipline, et qu’il est dans une fournaise pour le perfectionnement ; sur un tour afin d’être formé en un nouveau récipient. Seule la foi peut appréhender ces choses.

L’homme que dieu utilise, doit avoir parfois une écharde afin de lui éviter de s’enorgueillir outre-mesure. Vous, qu’il sert, auriez tendance à l’exalter au dessus de ce qui est requis, si Dieu ne permettait pas que vous voyiez qu’il est un homme « ayant les mêmes passions ». Vous êtes poussé à la prière à cause de ses faiblesses, lui que vous supposiez être fort. Vous êtes conscient du besoin de veiller dans les prières pour votre santé spirituelle, et vous craignez que si le conducteur tombe, alors les brebis aussi perdront leur constance. Mais ces expériences sont nécessaires afin que nous portions les fardeaux des uns des autres.

Ceux qui annoncent les oracles de Dieu, doivent être amenés au terme de leurs propres capacités. Ceux qui désirent être des vases de gloire, doivent souvent être défaits et remodeler sur le tour du divin Potier. Si un homme aspire à être conduit par l’Esprit, il doit être, par nécessité, être tenté par le diable comme l’avait été notre Seigneur. Celui qui aimerait être ravi au troisième ciel des révélations de Dieu, doit être amené, par nécessité, aux limites de ses propres ressources par une écharde dans la chair. Celui qui vise à surveiller le troupeau de Christ, doit partager l’amour du grand Berger qui dit : « Je laisse ma vie pour les brebis ». Et bien qu’il y ait de la souffrance, elle ne peut être comparée à la gloire qui doit être révélée en nous. Même si un tel homme partage, pour un temps, la « communion de ses souffrances », des temps d’abattements, et beaucoup de tentations, ces choses seront suivies par une « joie ineffable et glorieuse ». Un tel homme est « plus que vainqueur » par Celui qui l’a aimé. Les douces paroles de la promesse de Jésus transforme ses chagrins en un fleuve de joie : « Bienheureux ceux qui mènent deuil, car c’est eux qui seront consolés. » « Ainsi la mort opère en nous, mais la vie en vous. »

Issu du site : http://www.en-chemin.com/home/29-l-homme-dont-dieu-se-sert.html

 

Esoterisme et foi chrétienne : c'est pas compatible !

Personnellement je suis assez en accord avec le prêtre Verlinde. Par contre le site qu'il donne a la fin, je ne suis pas allez voir, rester toujours vigilant, vérifiez dans la bible tout ce qu'ils disent.

 

 

LE YOGA A LA LUMIERE DE L EVANGILE

 

 

Non a l'homosexualité, le vraie baptême et la vraie conversion :

 

 

 

 


Que dit la Bible de l'homosexualité door jesusauveur

 

Image du Blog ancoco.centerblog.net

 

Savoir attendre


Psaume 130.5

Introduction
C'est tellement essentiel pour chacun !

1. Deux questions pour un constat
[ A*  Attendre devant un feu rouge qui semble bloqué ? ]
[ A*  Combien de mn, prêt à attendre qq en retard ? S'il pleut… ]

2. Définition de la patience
. Savoir attendre n'est pas :
- Être indécis : grave lacune d'un cœur partagé
- Ni manque de détermination, qualité de l'homme d'action
- Ni ne rien faire, ni attendre la vieillesse pour une responsabilité

. Savoir attendre contient la notion de souffrance
- Salle d'attente : le patient attend car il souffre
- Être dans le plan de Dieu, mais attendre l'heure de Dieu
- Plan et heure de Dieu, mais aussi manière d'agir 1Co 3.10b


I   La difficulté d'attendre

1. Une civilisation de gens impatients
Environnés, poussés par une culture qui ne veut pas attendre :
- Fast food, soupe instantané, plat cuisiné micro-ondes, Allo pizza
- Parents : difficile d'accorder du temps Pas le temps
- Jeune : pas le temps d'attendre mariage ou noces pour relations
[ A*  Manou sur France 2 "Je ne connais pas Lauryne" ]
- Génération pressée Tout et tout de suite, veut bâtir plus vite sur le sable

2. Notre propre nature est impatiente
Raison : nature transmise par Adam, un grand impatient

- Expliquer au bébé affamé d'attendre le sein, le biberon ?
- Enfants, avons entendu : Attends, ce n'est pas l'heure du repas
[A* Sapin, impatient d'ouvrir le cadeau sans le déchirer. Puis refermer discrètement]
[A* Max Lucado, vélo à Jema 5 ans. Andréa, 3 ans en voulait aussi. Attendre. Réponse de l'impatiente : Eh bien, j'ai besoin d'un nouveau Papa ! ]
// Nous, les adultes : grignotons avant le repas, détestons files d'attente

II   Disqualifiés pour leur impatience

1. La soif de puissance de Saül    1Samuel 13.11-13a ; 15.30
- L'impatience pousse toujours à la désobéissance
- Elle est révélatrice des mobiles de Saül : le pouvoir
- Double impatience face à l'ordre divin : Tu attendras 7 jours  1Samuel 10.8b
1er faux pas, l'épisode avant le combat contre les Philistins  1Sa 13.11
. Car le peuple se dispersait loin de Saül    v 8
2e faux pas, après la victoire sur Amalek    1Sa 15.30
. Son repentir expédié, à la hâte : désir d'être aussitôt rétabli devant tous
- Perdra sa position, écarté par Dieu lui-même   1Sam 13.14 ; 15.28…

2. Ésaü, dirigé par son ventre   Genèse 25.29-34 
Un drôle de deal : marché, contrat des jumeaux
La faim d'Ésaü provoque l'impatience qui l'aveugle
La perte des valeurs
Pain et plat de lentilles, plus de valeur que le droit d'aînesse ? Perdra sa bénédiction : rejeté Hébreux 12.16-17

3. Ces raccourcis qui nous disqualifient
Les Hébreux : des gens impatients envers Moïse, Dieu. N'attendent pas le retour de Moïse : veau d'or    Exode 32.1-4
Le peuple s'impatienta en route : serpents brûlants  (Nb 21.4). Pour leur impatience, nb frustrés au Cimetière de vocations ratées
Notre hâte de réussite, d'argent facile, vite gagné.
Nombreuses mises en garde     Proverbes 20.21 ; 28.20b, etc.
 // Toi : Pressé de changer de boulot, atteindre zone de confort ?
Travers, traits de caractère de l'impatient
Égoïste : pas le temps de penser à autrui
Convoitise : regard, désir qui ne sait pas attendre
Friction : Ne te hâte pas d'entrer en contestation    Proverbes 25.8a
[ A*  César récitait l'alphabet avant de répondre ]
Paroles : l'impatient ne retient pas ses lèvres  Job, Psaume, Proverbes, etc.)

III   Savoir attendre : une nécessité

1. Tout grossesse doit être menée à terme

- Pour donner la vie
Femme enceinte parfois alitée jusqu'au 9e mois
Mme Éléphant : 22 mois pour petit bébé de 90 cm, 90 kg (5 à 8 Tonnes)

2. La caractéristique de tout disciple de Jésus
A reçu la nouvelle nature du dernier Adam    1Corinthiens 15.45-46 ; 5.17
Donc manifeste la patience, fruit de l'Esprit   Galates 5.22
Le laboureur attend le fruit    Jacques 5.7
[ A*  Tirer sur les haricots pour accélérer la croissance ]
[ A*  Prendre raccourcis pour croissance, Église champignon ? ]
Raccourci avec la prière, sainteté, témoignage, travail ?
La foi, jamais impatiente, grandit toujours
A*  Enfant : de 50cm à 1m80 en combien d'années ? ]
Progrès : en un jour, bon musicien, champion, bon vin… ?
Attitude générale de l'Église envers son Seigneur 
Serviteurs attendent retour de leur Maître  (Luc 12.36)
Vierges sages savent attendre l'Époux  (Matthieu 25)
L'attendre pour notre salut  (Héb 9.28, etc.)
Patience, 1re caractéristique de Paul
Recommandation : dans tribulation, calamité, détresses     2Co 6.4
Preuve n° 1 de son apostolat    2Corinthiens 12.12
- Jésus lui-même, sut attendre son heure 

Conclusion      Prendre du temps n'est pas perdre du temps
- Manifestons ce merveilleux fruit de l'Esprit, car :
Quand je sais attendre, Dieu me parle
Le même Saint-Esprit qui m'enflamme, me calme
- Il est bon d'attendre avant d'entreprendre   Lamentations 3.26
- Clef du succès : avoir attendu !


Notes et références

1Samuel 13.11-13a  
Samuel dit : Qu'as-tu fait ? Saül répondit : Lorsque j'ai vu que le peuple se dispersait loin de moi, que tu n'arrivais pas au terme fixé, et que les Philistins étaient assemblés à Micmasch, 12 [ … ] c'est alors que je me suis fait violence et que j'ai offert l'holocauste. 13 Samuel dit à Saül : Tu as agi en insensé, tu n'as pas observé le commandement que l'Éternel, ton Dieu, t'avait donné
1Samuel 15.30  
Saül dit encore : J'ai péché. Maintenant, je te prie, honore-moi en présence des anciens de mon peuple et en présence d'Israël. Reviens avec moi, et j'adorerai l'Éternel, ton Dieu.
Genèse 25.29-34  
Comme Jacob faisait cuire un potage, Ésaü revint des champs, accablé de fatigue. 30 Et Ésaü dit à Jacob : Laisse-moi, je te prie, manger de ce roux, de ce roux-là, car je suis fatigué [ … ] 31 Jacob dit : Vends-moi aujourd'hui ton droit d'aînesse. 32 Ésaü répondit : Voici, je m'en vais mourir. À quoi me sert ce droit d'aînesse ? 33 Et Jacob dit : Jure-le moi d'abord. Il le lui jura, et il vendit son droit d'aînesse à Jacob. 34 Alors Jacob donna à Ésaü du pain et du potage de lentilles. Il mangea et but, puis se leva et s'en alla. C'est ainsi qu'Ésaü méprisa le droit d'aînesse.

 

 

Paul Ettori

 
Image du Blog ancoco.centerblog.net
Voir ce sujet sur les percings et les tatouages pour connaitre la vérité :

Image du Blog ancoco.centerblog.net

 

 

 



chercher sur kimino
Ajouter un site

WL Rank